ADG-Paris
 

Le Parcellaire

 
Le Parcellaire Content : La Bastide de Sérou, rue d’Arize - Foix - 14 Juillet
La Tour Lafont - Pamiers -18 Juillet
Châtaigners géants - Le Temps des Cerises - Le sanglier sauvage - Parcelles 234-235, 21 juillet
Faydit de Brouzenac - 22, Juillet
Monsieur de la Bastide
Pommiers, Notre Dame de Sabart, Parcelle 20, 8 août
Monsieur l’Escoussière, Parcelles 228, 229, 242, 251, 9 août
La Mimine d'Eychenat
D'un moulin l'autre ...
Mélanie de las Crabos, 11 août
Le Chevalier de la Grésalle, baron d’Alzen
La bicyclette noire
Parcelles 169, 172, 12 août , L’Arize / Monsieur Piquependre
Parcelles 229, 234, 228, 13 août – Monsieur l’Escoussière / Norbert Casteret
Parcelles 58, 78, 79, 14 août – Pompeia Primilla
Parcelles 52, 54 - Pigeons voyageurs
Parcelle 640, 15 août – La Parcelle de Dieu
Le Colonel Bravadida
Honoré d’Urfé - L’Astrée - Bathylle - Léda - Mr L’Escoussière - 26 juillet, Parcelle 88
Xanthippe et Socrate - Les poiriers - Parcelle 85 bis, 27 juillet
La fontaine-bassin-lavoir - Parcelle 1002, 28 juillet
La Balmo - le Garum - 29 juillet - Parcelle 998
Pierre Bayle-Toulouse Lautrec-Yvette Guilbert-Mercredi 30 juillet, Parcelles 1017/1018
Abbé Breuil – Père Teilhard de Chardin - Préhistoire – Elohin, Jahvé, Dieu de pitié - Parcelle 104, 1er août
Un pic de mineur - 2 août
Le sanglier d’Ariège - 2 août
Monsier Piquependre - Parcelles 87, 88, 89, 3 août
La Madelon - La Der-des-Ders (1914-1918 - Monsieur Briquachaux – Massat - 4 août
Le Maréchal-Ferrant - Parcelle 1002, 5 août
Le Forgeron – Monsieur de la Ferratalho – Pepi’Stieni - Parcelle 87, 7 août
Le Moulin de Malarnaud
Festos de Fouix (Fêtes de Foix), 8 septembre
English
French
German


La bicyclette noire

 

    Dans un coin de l’étable, émergeant de la paille humide, toute auréolée de toiles d’araignées, une bicyclette, qui fut noire, au guidon et au pédalier mangés par la rouille, achève, là, sa carrière. A-t-elle participé au Tour Cycliste de la Haute- Vienne où, du côté de Saint-Léonard, les coureurs partis à vélo rentrèrent en gazo, dévalisés qu’ils furent par des terroristes dépourvus de la foi civique de ces champions en tête des volontaires de la surveillance cycliste, habilités à relever l’identité des contrevenants à bicyclette et insensibles à la leçon que de tels maîtres infligeraient à leurs admirateurs indisciplinés, se rendant dans le Loiret en dépit de strictes interdictions ; des Maîtres qui, en retour, se verraient gratifiés d’une plaque officielle apposée sur l’immeuble de leur résidence, au cœur d’un quartier chic de la Capitale et dans la rue même du domicile d’un Maréchal de France, distinction qui provoquerait l’indignation résignée de Petit-Breton, cycliste acharné, mais, lui, diplômé d’Etat dans le domaine de l’Education physique et sportive et qui n’appréciait pas toujours les plateaux de ... balance.

     A-t-elle couru le trophée Paris-Reims de la grande époque au cours duquel l’on vit, dans la montée de Ville-en-Selve, des coureurs descendre de machine ou rester en équilibre sans pouvoir aller plus avant, à l’image de ce Champion de France s’avouant vaincu comme un Bartali mettant pied à terre dans le Col du Portet d’Aspet (côté Luchon) sur une pente que les autochtones ne dévalent jamais sans traîner derrière eux un énorme fagot qui ralentit leur descente, comme l’expliquait mon parrain du Cagire, futur chef de maquis de la cime voisine (et qui me légua ses mousquetons).

    A-t-elle remporté le grand Prix de Puteaux sous la casaque Garin (19 bis, rue Delisy à Pantin), tout d’Alumag vêtue, d’une selle Idéale, de freins Cantilever-Savoie et de jantes et guidon Mavic ? Ou servait-elle de monture à l’un de ces deux cyclistes qui attaquèrent une factrice pour lui dérober les tickets d’alimentation d’Elincourt-Vandelincourt en Picardie (ce n’était pas encore le Jour de Fête de Jacques Tati !), ou faisait-elle partie de ce lot de 7000 bicyclettes Hercules (ou Royal Enfield ?) attendant d’être vendues dans une petite ville de Westphalie avec autorisation des autorités militaires ? Ou ne serait-elle, plus simplement, que l’ultime reliquat des épaves chèrement détaillées par quelque marchand de cycles de la basse Ariège aux temps des pneus pleins ?

 

Ville en selme = Ville-en-Tardenois

Elicourt-Vaudelincourt = gentilhommes en 1789

Bicyclette noire / Bicyclette à pneux pleins utilisée par Coppi et Bartali!

 

 

Claude d’Esplas (Le Parcellaire)
All rights reserved

 
E-book



ADG-Paris © 2005-2017  -  Sitemap -