ADG-Paris
 

Partez pas comme ça Grand-Père ou Le temps des Idoles

 
Partez pas comme ça Grand-Père ou Le temps des Idoles Content : Epopée évolutionniste discontinue
Préface (amovible ou postiche)
Musique
L’exposition
Musique
Mon beau chevalier
Mon Bel Epistolier
Ma petite squaw
Mon beau Centaure
Mon automobiliste chéri
Belle amie
Ma tendre raisonneuse
Très cher
Ma Dame
Aigle de ma pensée
Mon Egérie
Mon grand chéri
Belle
Mon bel Educateur
Belle comtesse
Chéri
Mon bel officier
Mon Arc en Ciel
Mon colonel adoré
Ma belle géomètre
Mon éloigné
Mon Paladin
Ma belle infirmière
Mon Aimée
Votre héroïne … mitigée
Mon fier indépendant
Infidèle hirondelle
Mon beau Titus
Ma belle cantinière
Mon adoré
Votre étoile du soir
Mon cher grand puriste
Mon bel Augereau
Ma belle courageuse
Indignée également
Belle enfant
Votre Phoebus
Mon seul philosophe
Ma petite raisonneuse
Mon seul philosophe
Ma Douce Réfléchie
musique
L’intrigue
Le dénouement
postface
english
french
german


Ma belle infirmière

 

Septembre

Ma belle infirmière,

Vous me demandez de prendre bien soin de moi dans le courant des nuits qui commencent à fraîchir. Soyez rassurée, j’ai fait ajouter une couverture à la literie de campagne. J’accorde par ailleurs le plus grand intérêt aux soins corporels. Je revois votre sourire amusé devant le tableau d’Eugène Chaperon La Douche et j’entends encore votre voix mélodieuse moduler l’insidieuse question : « Est-ce ainsi que ça se passe dans les casernements ? » Dans les casernements, peut-être ; ici, en campagne, chacun organise ses ablutions au mieux de ses possibilités. Les pompes sont toujours très entourées par les hommes, la lessive est faite de temps à autre, la barbe peu souvent. Chaperon en serait réduit à représenter au bain une troupe de faunes étrangement barbus. Retour aux sources de classicisme.

                                                                                                                      Votre Sylvain,

P.S. Vos chiffres sur la mortalité des malades -  au cours des mois de janvier et février 1908 – qui aurait atteint 40% m’ont fait quelque peu sourire. Outre que nous ne sommes qu’au mois de septembre et plus sous le régime de la Loi de deux ans mais sous celle de trois ans, cette proportion, renseignements pris, est tombée à 39% au cours des mois correspondants de cette année ce qui fait que l’avantage, si cela peut s’appeler ainsi, reste donc à celle des deux années où l’effectif sous les drapeaux était le plus fort. De toute façon, nous sommes tous en excellente santé, y compris ceux d’en face.

 

https://www.claudedesplas.com/chapter_l2/book_id/7/title_id/232




ADG-Paris © 2005-2021  -  Sitemap