ADG-Paris
 

Partez pas comme ça Grand-Père ou Le temps des Idoles

 
Partez pas comme ça Grand-Père ou Le temps des Idoles Content : Epopée évolutionniste discontinue
Préface (amovible ou postiche)
Musique
L’exposition
Musique
Mon beau chevalier
Mon Bel Epistolier
Ma petite squaw
Mon beau Centaure
Mon automobiliste chéri
Belle amie
Ma tendre raisonneuse
Très cher
Ma Dame
Aigle de ma pensée
Mon Egérie
Mon grand chéri
Belle
Mon bel Educateur
Belle comtesse
Chéri
Mon bel officier
Mon Arc en Ciel
Mon colonel adoré
Ma belle géomètre
Mon éloigné
Mon Paladin
Ma belle infirmière
Mon Aimée
Votre héroïne … mitigée
Mon fier indépendant
Infidèle hirondelle
Mon beau Titus
Ma belle cantinière
Mon adoré
Votre étoile du soir
Mon cher grand puriste
Mon bel Augereau
Ma belle courageuse
Indignée également
Belle enfant
Votre Phoebus
Mon seul philosophe
Ma petite raisonneuse
Mon seul philosophe
Ma Douce Réfléchie
musique
L’intrigue
Le dénouement
postface
english
french
german


Mon Paladin

 

Mon Paladin,

La campagne est triste. Je suis allée hier dimanche au sermon. Ah ! ça n’était pas un, “ rossignol de Dieu ” qui emportait l’adhésion des fidèles ! Le débit du brave homme était bien précipité ; les mots se pressaient à ses lèvres de crainte d’être oubliés ; l’harmonium maladroitement tenu nasillait un peu et le plateau de la quête, - pas des mieux astiqués - avait l’air bien nu, entre les gros sous rares. J’ai versé mon obole et la vôtre. J’ai été émue, lorsqu’à la fin du service, le vieil officiant a entonné d’une voix mal assurée :

— Sauvez, sauvez la France au nom du Sacré-Cœur ! Et j’en ai repris le « refrain » (est-ce comme ça qu’on dit ?).

A la sortie de la messe, le saint homme a bien voulu me confier ses difficultés. Tout semble à l’ordinaire dans le pays. Les prêtres qui restent assurant, en effet, autant que possible le service religieux, dans les paroisses vacantes. Il a été décidé qu’on réserverait dans une caisse commune le casuel fait pendant l’absence des chargés de paroisse pour le distribuer à la rentrée : peu de choses, évidemment, mais témoignage d’une bonne confraternité. Les familles démembrées par la mobilisation ne suffisent plus à la récolte des blés ou des foins. Ceux qui sont partis écrivent des quatre coins de France. On leur écrit aussi, mais les lettres n’arrivent aux destinataires qu’après quatre, six ou même huit jours. Le vieux prêtre m’a souhaité bon courage et a ajouté

— Que Dieu protège la France.

Je vous assure, j’étais émue.

                                                                                                          Etrangement vôtre

 

https://www.claudedesplas.com/chapter_l2/book_id/7/title_id/231




ADG-Paris © 2005-2021  -  Sitemap