ADG-Paris
 

Partez pas comme ça Grand-Père ou Le temps des Idoles

 
Partez pas comme ça Grand-Père ou Le temps des Idoles Content : Epopée évolutionniste discontinue
Préface (amovible ou postiche)
Musique
L’exposition
Musique
Mon beau chevalier
Mon Bel Epistolier
Ma petite squaw
Mon beau Centaure
Mon automobiliste chéri
Belle amie
Ma tendre raisonneuse
Très cher
Ma Dame
Aigle de ma pensée
Mon Egérie
Mon grand chéri
Belle
Mon bel Educateur
Belle comtesse
Chéri
Mon bel officier
Mon Arc en Ciel
Mon colonel adoré
Ma belle géomètre
Mon éloigné
Mon Paladin
Ma belle infirmière
Mon Aimée
Votre héroïne … mitigée
Mon fier indépendant
Infidèle hirondelle
Mon beau Titus
Ma belle cantinière
Mon adoré
Votre étoile du soir
Mon cher grand puriste
Mon bel Augereau
Ma belle courageuse
Indignée également
Belle enfant
Votre Phoebus
Mon seul philosophe
Ma petite raisonneuse
Mon seul philosophe
Ma Douce Réfléchie
musique
L’intrigue
Le dénouement
postface
english
french
german


Mon Bel Epistolier

 

Mon Bel Epistolier,

Figurez-vous que les Anglais eurent un jour l’étonnante idée de publier les lettres d’amour écrites par les armées de Napoléon à la seule fin de nuire dans l’esprit public à l’expédition d’Egypte. On y voyait un soldat français dépaysé, sevré de vin clairet et de payse. On y voyait un général s’ennuyer diablement après ces mêmes bagatelles. On y entendait grogner le fantassin. Mais celui-ci grognait déjà à Malplaquet ; il grognait encore à la suite de la Pucelle ou de Bayard ou du Maréchal de Saxe. Il grognait parce qu’il manquait de pain, il grognait parce qu’il manquait d’amour. Est-il donc déshonorant d’avoir le cœur chaud quand on est soldat et, qui plus est, sous le ciel d’Egypte ? Toutes les lettres n’étaient pas, certes, écrites par des maris à leurs tendres épouses et il se trouva évidemment que quelques sédentaires restés en France apprirent ainsi en deux langues leur irréparable infortune. Puis la Grand Armée arpenta les plaines neigeuses de Russie. Dans la correspondance de ces braves gens, que d’admirables figures, de bons troupiers, d’amants imperturbables, de maris délicieux ! Car tous les ménages ne sont pas à l’image du ménage Junot, Dieu merci !

Ecoutez Morand, le comte Morand, général de division, grand officier de la Légion, grand-croix de la Réunion, Quadragénaire, comme on disait alors :

« J’attends avec impatience la nouvelle de tes couches. Que le Bon Dieu te protège comme il m’a protégé dans les batailles. Bonjour, Emilie adorée, charme et bonheur unique de ma vie, je te presse mille fois sur mon cœur qui t’adore avec nos enfants chéris. Ton époux qui t’adore, ne vit et ne respire que pour toi. » Quel esprit, quelle fierté, quel amour, quel homme !

Non vraiment, la température n’influe pas sur le sentiment, pas plus que l’âge, tous comptes faits.

                                                                                                                                                                                                                                                                    Votre Sévigné

 

https://www.claudedesplas.com/chapter_l2/book_id/7/title_id/211




ADG-Paris © 2005-2021  -  Sitemap