ADG-Paris
 

La Mountelenco - Rosa Bordas

 
La Mountelenco - Rosa Bordas Content : La Mountelenco
Lettre de Rosa Bordas à Frédéric Mistral
La chanson humanitaire
La ‘Patti de la chope, prima donna du ruisseau’
Frédéric Mistral à Jean Joseph Bonaventure Laurens, felibre adoulènti
Rendez-vous avec Carvalho, directeur de l'Opéra Comique de Paris
Martineto par le doux Grivolas
Théodore Aubanel / Teodor Aubanèu
Rosa Bordas, rouge du Midi
Marie Martin par Jean Joseph Bonaventure Laurens, 1849
François Jouve - La Canaille
Auguste Escoffier, le Vatel de la restauration
Rosa Bordas et les Fêtes annuelles en l’honneur de St-Gens
E dóu dardai fendè la braso – Et des dards du soleil elle fendit la braise
Lettre de Rosa Bordas à Frédéric Mistral - Saint Eugène
Castil Blaze, Alibert, Mayol, Fernandel,...
Monteux, Ruggieri, Café-chantant, Café-concert, opérette,...
Références - Bibliothèque Inguimbertine
Almanach Provençal - Armana Prouvençau / Le Pèlerinage de Saint Gens - La Marcho de Sant Gent
Conférences, Expositions et Bibliographie sommaire
Discographie et Textes
English
French Oc
German


E dóu dardai fendè la braso – Et des dards du soleil elle fendit la braise

 

Frédéric Mistral introduisit dans Mirèio un passage en l’honneur de Saint Gènt mais Gounod, dans son opéra, préféra y substituer la chanson du  ‘petit berger’ Andreloun :

‘Urous pichot bergié…’

 

Frédéric Mistral – Mirèio

 

De liuen en liuen, pèr la campagno

Parèis un jas cubert de sagno…

Quand pamens se veguè, badanto de la set,

Au bruladou touto souleto,

Ni regouloun ni regoulet

Trefouliguè’ no brigouleto…

E faguè : Grand Sant Gènt, ermito dóu Bausset

 

O bèu e jouine labouraire

Qu’ atalerias à voste araire

Lou loup de la mountagno !

O divin garrigaud

Que durberias la roco duro

A dos pichòti couladuro

D’aigo e de vin, refrescaduro

Pèr vosto maire, lasso e mourènto de caud ;

 

Car, coume ièu, quand tout soumiho

Avias placa vosto famiho,

E, soulet emè Dièu, i gorgo dóu Bausset

Vous trouvè vosto maire.Ansindo

 Mandas-me’ n fiéu d’ eigueto lindo

O bon Sant Gènt ! Lou gres que dindo,

Me crèmo li peiado, e more de la Set !

 

Lou bon Sant Gènt, de l’empirèio

Entendeguè prega Mirèio :

E Mirèio, autant lèu, d’un releisset de pous,

Alin dins la champino raso,

A vist belugueja la graso.

E dóu dardai fendè la braso,

Coume lou martelet que travèsso un espousc.

 

Le Beausset, Provence

 

Traduction de Frédéric Mistral :

 

De loin en loin, par la campagne – paraît une bergerie couverte de typha.- Quand pourtant elle se vit, béante de soif, - en ces lieux brûlés toute seule, - sans ruisseau ni ruisselet, - elle tressaillit légèrement…- et dit : ‘Grand Saint Gent, ermite du Bausset !

 

‘O bel et jeune laboureur, - qui attelâtes à votre charrue – le loup de la montagne ! ô divin solitaire, - qui ouvrites la roche dure – à deux petits filets – d’eau et de vin, pour rafraichir – votre mère, lasse et mourante de chaud ;

 

Car, ainsi que moi, lorsque tout dort, - vous aviez déserté votre famille, - et, seul et avec Dieu, aux gorges du Bausset – vous trouva votre mère. De même, - envoyez-moi un filet d’eau limpide, - ô bon Saint Gent ! Le galet sonore – brûle l’empreinte de mes pieds et je meurs de soif !’

 

Le bon Saint Gent, de l’empyrée - entendit prier Mireille : - et Mireille aussitôt, d’une margelle de puits, - au loin dans la rase campagne, - a vu étinceler la dalle. – Et des dards du soleil elle fendit la braise, - comme le martinet qui traverse une ondée.

(Mirèio/Mireille - Fasquelle Avignon 1914 - p. 333 à 335)

 




ADG-Paris © 2005-2019  -  Sitemap