ADG-Paris
 

Les Merlufleaux

 
Les Merlufleaux Content : Sa tr�s catholique Majest� Henry VIII, ou l�art d�apprivoiser les m�g�res
Shakespeare William (1564-1616)
Guillaume Le Conqu�rant ou "Nous ne nous rendrons jamais !"
Lewis Carroll (1833-1893)
Mallarm� Stephane (1842-1898)
Et le cat�chisme Poissard �, La Fille de Madame Angot, Chronique religieuse�
Comment �a va, Nononcle, ou par quel miracle "le cheval de Rabelais fut pass� Docteur � Orange sous le nom de Johannes Cavallus"
"Les rieurs du Beau - Richard, Conte d�une chose arriv�e � Ch�teau - Thierry - 1665"
C�est la vie de boh�me ou l�art d�expliquer le "Conte d�hiver" de Shakespeare (1564-1616)
Observatoire de Meudon, f�vrier 1748, Depuis combien de temps �tes-vous de la secte astronomique ?
Voltaire �pistolier Concours d�entr�e � l�ENA : Premi�re Nuit
A St�phane Mallarm�, qui fut professeur au Lyc�e Papa, au Lyc�e Papi� Concours G�n�ral (Centenaire du Lyc�e Papi, 1984)
1987 - 1er Octobre - Chronique : Le lyc�e F�bus f�te ses 100 ans
Inspecteurs G�n�raux / Mirotons Navets
Le Vicomte Chosibus part pour la NOVEMPOPULANIE
Mademoiselle Arsino�
Cosi fan Tutte ou Maria Aparatchika en Boh�me
Wagner, Mallarm� et la Qu�te du Graal
Donizetti, Walter Scott, Cl�ment Marot et quelques autres...
Bilans de l�ann�e d�exercice
Le Voyage au Congo et le retour du Tchad d�Andr� Gide - Dickens - La cervelle d'Alexandre Alekhine
Le Nuage (The Cloud) de Shelley
Jean Cocteau, Maurice Chevalier prennent des le�ons d�anglais
Le Perruquier Litt�raire
Conseils d'en-Haut pour l'explication de textes(classes de 4e ou de 3e) : �The Daffodils�(Les Narcisses des Pr�s), de Wordsworth,qui v�cut � Grasmere (Dove Cottage)de 1799 � 1808.
Plaisirs d'amour
Etudes anglaises
Conseils aux candidats pr�parant le grand Concours de Pidgin-English
Ballades Lyriques de Wordworth et de Coleridge � Mark Twain
Apr�s le Misanthrope, Tartuffe ?
Fraudes au bac
Les Proviseurs ou Brutus condamne � mort son fils Titus
Charybde et Scylla
Ma tourn�e africaine, par Cothurnus
Madame Pandolphe
Au petit lyc�e Lafayette, 1942 � Le Gaumont Palace
Monpidou et Cheucheu
Madame Ladouce
L'ENA ou l'Ecole � Deux Braies
La r�forme de l'orthographe ou LNAUDBB
Mim�tisme ?
Petit chalet � vendre - Conseil de classe
Visites organis�es par la PIPO de Papi
Monsieur de Carbon, Pr�sident au Parlement de Toulouse
De Gaulle au Mus�e
Pierrot le Pressard
Monsieur Ausone, le latiniste
Gros Ren� et Ragotin
Sganarelle
Juliette et Robert Le Fenil
Grimoire, clerc de notaire
La Cause du Bas Peuple
Madame Le Fenil au sujet de l��mission Librairie de poche
Le Surg� du quartier des Ecoles
Le brav� colonel Townsend
Ragotin
La locomotive Marie-Louise
M. de Sottenville, proviseur
Immeuble de St�phane Mallarm�
Le G�n�ral
Rapport sur le Concours commun d'admission de 1970 � Ecole Nationale des Ponts et Chauss�es, Ecoles Nationales Sup�rieures de l'A�ronautique, de Techniques Avanc�es, des T�l�communications, des Mines de Paris, des Mines de Saint-Etienne, de la M�tallurgie et de l'Industrie , des Mines de Nancy
Le Tr�ma
L��l�ve Grisou
La pens�e du Pr�sident Mao me soutient�
Gr�ve pour la la�cit�
La Bataille d�Angleterre
A Papi, retour de �l'inversion�
Le Protale
Chapitre des graffitis. Salle 79
Voyage de Noces
Mme de H�risson
Paul Marie Verlaine
The Apples of Wrath - Les Pommes de la Col�re
Histoire de b�tes
Les Poilus
Paulina dans le Conte d'Hiver
L'Association des Parents d'El�ves du lyc�e Papi
Monsieur Jourdain pastiche Mallarm�
Epid�mie de graffitis dans le secteur nord selon l'Intendance
Ragotin
Petitbreton
Que le gascon y aille, si le fran�ais n'y peut aller !
Gaule-Soir
Le premier Lyc�e de France, p�pini�re d�hommes politiques
Hommage � St�phane Mallarm� Concours G�n�ral (Centenaire du lyc�e Papi, 1984)
L'Ethiopienne basan�e
A propos du Cardinal de Richelieu
Duck le G�ographe
La dict�e de Marc-Antoine de Papillon
Une fus�e �Scud� �chappe aux missiles �Patriots�...
Allez France ! ou le Tournoi des Cinq Nations
Le professeur Ellipson
Dans le Journal de Matthieu Galey
Prix Edredon Polyspires
�English stutter� (b�gaiement oxonien)
You, English gentlemen, had better surrender !
Maison de Jean de la Fontaine � Ch�teau-Thierry
Accordons donc nos joyeux violons
Les vraies pens�es sortent de la panse
Edward Morgan Forster
L'enseignement a besoin d'un s�rieux coup de balai du secondaire au sup�rieur
Townsend Peter, Esq., G�n�ral d'Aviation
Cucco di mamma
Rom�o et Juliette 95 ou les nouveaux th��treux
A qui ne va qu'au Sur-G et pas encore jusqu'au Z
R�publique des Lettres ou derniers Salons o� l'on cause
Dany le Rouge, Pr�sident des Verts
English
French
German


Chapitre des graffitis. Salle 79

 

����������� Vendredi 21 janvier � Chapitre des graffitis. Salle 79 o� travaillent les petites classes : � la retraite � quinze ans �.

����������� De l'�tude des langues vivantes : � Sigmaringen, le Mar�chal-nous-voil� apprenait l'allemand.

Mardi 8 f�vrier � Villebroquin, tr�s amoureux comme toujours le mardi matin, embrasse l'une, embrasse l'autre car, dit-il, � je manque d'exercice en famille, tu comprends �, comme pour s'excuser aupr�s de moi qui ne lui faisais pourtant aucun reproche.

����������� Le coll�gue Monpidou est menac� par une cabale qui a �crit directement au Minist�re. Le coll�gue Ragotin m'avoue, en toute confraternit�, que cette d�marche aurait d� �tre faite depuis longtemps. � Tu comprends �, ajoute-t-il, � en classe, il laisse constamment sa braguette ouverte � (celui qui abrite sa braguette avant sa t�te attrape des poux).

����������� Toutes les femmes qui circulent sur l'avenue Victor Hugo sont empantalonn�es. Pourquoi donc les hommes ne vont-ils pas en kilt ?

����������� A Villeneuve, d�c�s de Monsieur R. qui fut mon instituteur, si probe, si efficace. Aux Mousquetaires que nous nous imaginions �tre, Roger, Jean, Hubert et moi, Monsieur R. donnait, en guise de repas, trois racines cubiques � extraire entre midi et quatorze heures : Milo Dious ! D'un homme, on retient g�n�ralement une chose, une seule chose. De lui : � l'hiver vous avez remarqu� qu'on pisse plus jaune que l'�t� ... �. J'ai honte d'avouer que j'ai oubli� la raison exacte de cette diff�rence de chromie.

����������� Mercredi 23 f�vrier � Villebroquin, � l'heure des confidences (des confidentes). A la Catho., une grande jeune fille, M�lisande, s'incline vers lui pour lui faire la bise en murmurant � faut pas faire des complexes comme �a, M. Villebroquin �. Au lyc�e Papi, lorsqu'il passe dans les rangs de sa classe de Sp�ciales, il tapote le toupet blond de la � d�licieuse Aude, fille d'un attach� de Pr�fecture �, mais il pense que l'avenir n'est plus ce qu'il a �t� depuis 1968, �poque o� il jouait � embrasse-que-veux-tu sous l'�il furibard du math�maticien Cosinus, un fanfaron, un gueux, un coquin qui tue math�matiquement.

����������� Les graffitis (suite) � Salle 81. � R = couillon, salop, vache, pauvre con � : sign� Trois fl�ches. (Le scripteur aux trois fl�ches serait-il socialiste ?).

����������� Alors que je descends lentement � pied l'avenue Beethoven, en l�chant les vitrines, je sens soudain un choc sourd et mou contre ma jambe. Un chien m'assure de son affection. Quelle chose merveilleuse que ce chien inconnu venant brusquement me dire : � je t'aime �... Comme disait quelqu'un : � Nous ne savons pas toujours qu'on nous aime, mais nous savons presque toujours que nous ne sommes pas aim�s �.

 




ADG-Paris © 2005-2024  -  Sitemap - cAKErESUME. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .... . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .