ADG-Paris
 

Les Merlufleaux

 
Les Merlufleaux Content : Sa très catholique Majesté Henry VIII, ou l’art d’apprivoiser les mégères
Shakespeare William (1564-1616)
Guillaume Le Conquérant ou "Nous ne nous rendrons jamais !"
Lewis Carroll (1833-1893)
Mallarmé Stephane (1842-1898)
Et le catéchisme Poissard …, La Fille de Madame Angot, Chronique religieuse…
Comment ça va, Nononcle, ou par quel miracle "le cheval de Rabelais fut passé Docteur à Orange sous le nom de Johannes Cavallus"
"Les rieurs du Beau - Richard, Conte d’une chose arrivée à Château - Thierry - 1665"
C’est la vie de bohème ou l’art d’expliquer le "Conte d’hiver" de Shakespeare (1564-1616)
Observatoire de Meudon, février 1748, Depuis combien de temps êtes-vous de la secte astronomique ?
Voltaire épistolier Concours d’entrée à l’ENA : Première Nuit
A Stéphane Mallarmé, qui fut professeur au Lycée Papa, au Lycée Papi… Concours Général (Centenaire du Lycée Papi, 1984)
1987 - 1er Octobre - Chronique : Le lycée Fébus fête ses 100 ans
Inspecteurs Généraux / Mirotons Navets
Le Vicomte Chosibus part pour la NOVEMPOPULANIE
Mademoiselle Arsinoé
Cosi fan Tutte ou Maria Aparatchika en Bohème
Wagner, Mallarmé et la Quête du Graal
Donizetti, Walter Scott, Clément Marot et quelques autres...
Bilans de l’année d’exercice
Le Lycée Méliès – Le Voyage au Congo et le retour du Tchad d’André Gide - Dickens
Le Nuage (The Cloud) de Shelley
Jean Cocteau, Maurice Chevalier prennent des leçons d’anglais
Le Perruquier Littéraire
Conseils d'en-Haut pour l'explication de textes (classes de 4e ou de 3e) : “The Daffodils” (Les Narcisses des Prés), de Wordsworth, qui vécut à Grasmere (Dove Cottage) de 1799 à 1808.
Plaisirs d'amour
Etudes anglaises
Conseils aux candidats préparant le grand Concours de Pidgin-English
Ballades Lyriques de Wordworth et de Coleridge – Mark Twain
Après le Misanthrope, Tartuffe ?
Fraudes au bac
Les Proviseurs ou Brutus condamne à mort son fils Titus
Charybde et Scylla
Ma tournée africaine, par Cothurnus
Madame Pandolphe
Au petit lycée Lafayette, 1942 — Le Gaumont Palace
Monpidou et Cheucheu
Madame Ladouce
L'ENA ou l'Ecole à Deux Braies
La réforme de l'orthographe ou LNAUDBB
Mimétisme ?
Petit chalet à vendre - Conseil de classe
Visites organisées par la PIPO de Papi
Monsieur de Carbon, Président au Parlement de Toulouse
De Gaulle au Musée
Pierrot le Pressard
Monsieur Ausone, le latiniste
Gros René et Ragotin
Sganarelle
Juliette et Robert Le Fenil
Grimoire, clerc de notaire
La Cause du Bas Peuple
Madame Le Fenil au sujet de l’émission Librairie de poche
Le Surgé du quartier des Ecoles
Le brav’ colonel Townsend
Ragotin
La locomotive Marie-Louise
M. de Sottenville, proviseur
Immeuble de Stéphane Mallarmé
Le Général
Rapport sur le Concours commun d'admission de 1970 — Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Ecoles Nationales Supérieures de l'Aéronautique, de Techniques Avancées, des Télécommunications, des Mines de Paris, des Mines de Saint-Etienne, de la Métallurgie et de l'Industrie , des Mines de Nancy
Le Trêma
L’élève Grisou
La pensée du Président Mao me soutient…
Grève pour la laïcité
La Bataille d’Angleterre
A Papi, retour de “l'inversion”
Le Protale
Chapitre des graffitis. Salle 79
Voyage de Noces
Mme de Hérisson
Paul Marie Verlaine
The Apples of Wrath - Les Pommes de la Colère
Histoire de bêtes
Les Poilus
Paulina dans le Conte d'Hiver
L'Association des Parents d'Elèves du lycée Papi
Monsieur Jourdain pastiche Mallarmé
Epidémie de graffitis dans le secteur nord selon l'Intendance
Ragotin
Petitbreton
Que le gascon y aille, si le français n'y peut aller !
Gaule-Soir
Le premier Lycée de France, pépinière d’hommes politiques
Hommage à Stéphane Mallarmé Concours Général (Centenaire du lycée Papi, 1984)
L'Ethiopienne basanée
A propos du Cardinal de Richelieu
Duck le Géographe
La dictée de Marc-Antoine de Papillon
Une fusée “Scud” échappe aux missiles “Patriots”...
Allez France ! ou le Tournoi des Cinq Nations
Le professeur Ellipson
Dans le Journal de Matthieu Galey
Prix Edredon Polyspires
“English stutter” (bégaiement oxonien)
You, English gentlemen, had better surrender !
Maison de Jean de la Fontaine à Château-Thierry
Accordons donc nos joyeux violons
Les vraies pensées sortent de la panse
Edward Morgan Forster
L'enseignement a besoin d'un sérieux coup de balai du secondaire au supérieur
Townsend Peter, Esq., Général d'Aviation
Cucco di mamma
Roméo et Juliette 95 ou les nouveaux théâtreux
A qui ne va qu'au Sur-G et pas encore jusqu'au Z
République des Lettres ou derniers Salons où l'on cause
Dany le Rouge, Président des Verts
English
French
German


The Apples of Wrath - Les Pommes de la Colère

 

            Mardi 3 octobre — Hier après-midi, trois élèves d'une Terminale de l'an dernier viennent me raconter qu'ils rentrent du Périgord où ils ont ramassé des pommes au tarif du SMIC : les pommes de la colère ! « The Apples of Wrath ! », insistent-ils.

            Je ne démêle pas très bien s'il faut voir là le résultat de l'explication du livre des Raisins de J. Steinbeck ou un simple geste à but lucratif.

            Mercredi 4 octobre — De l'étude du latin (suite). Jean-Jaurès a présenté en 1891 une thèse latine (éd. Chauvin, Toulouse) : Socialismus germanicus non mere est et contemplativa philosophia ... « La langue latine seule vraiment internationale, est celle qui s'accorde le mieux au socialisme internationaliste ... », insiste-t-il. Amen ?

            Samedi 14 octobre — Hier, appris que Madame Berthot, Directrice de Théâtre, se mourait et demandait à son mari pourquoi il ne faisait pas « quelque chose ». Le gentil petit Berthot est momentanément hébergé par la mère de l'un de ses condisciples dont le fils est de même âge. Monsieur Berthot a pris son fils à part pour lui demander d'expliquer les choses à sa jeune sœur car, dit le père : « tu es un homme maintenant ! ». Mais chaque fois que l'enfant décroche le téléphone, sa voix se noue totalement.

            Lundi 16 octobre — A la rubrique nécrologique d'un Journal du Pays : disparition du gentil Monsieur Olmes dont le fils fut l'un de mes condisciples apprécié au lycée Febus. Ce dernier racontait — au dortoir et à l'époque de ses dix-sept ans — l'histoire de ce malheureux tombé par la fenêtre : « il est né d'un coup de q ..., il est mort d'un coup de tête ! », et les autres pensionnaires de s'esbaudir à l'énoncé de cet épitomé biographique.

            Samedi 18 novembre — Dans la soirée, happé au passage par l'épouse du Directeur des Combustibles Energétiques de France dont le fils, maintenant en classe de Seconde, joue au grand, chahute fort en classe, attrape des 3 et des 5 en maths (sur 20) bien qu'en section scientifique : excès d'énergie ?

            Lundi 27 novembre — Ce matin réunion “pédagogique” au lycée La Truffe où un ramassis de chercheurs intellectuels, sous la conduite d'un talentueux inspecteur Le Teigneux, analyse les mille façons de faire la classe brillamment. Exaspéré, je m'éclipse ternement à la récréation de 13 heures.

            Mardi 28 novembre — Ce matin, le ministre de l'Instruction Publique — au fond de son “fauteuil” chez le Figaro du coin — fait semblant de lire des papiers à en-tête du Ministère, puis commande trois Lotion Coq et s'en sort pour 31,50 F (ah ! ce choc pétrolier !).

            Lundi 11 décembre — Jean-Bernard Anselme, élève de Terminale, est las d'entendre les autres élèves dire que le journal dont son père est le P-DG, c'est du caca.

            Samedi 16 décembre — L'un des astronautes, retour de la lune (je peux faire une ceinture à la terre en quarante minutes), souffre de maux d'estomac. L'un des petits terrestres m'annonce, dégoûté, que ces « cochons » ont « pissé sur la lune », ce qui expliquerait ces étranges traces d'oxydation.

            Une jeune enseignante philosophe agite une vieille ville franco-espagnole en commentant deux tracts pornographiques d'un certain Docteur X. Mais le colonel Tringlard, père d'élève, l'œil rivé sur la ligne bleue des Vosges, veille et porte plainte. Mlle Tringlard sera-t-elle AFAT comme cette épouse (de Légionnaire), qui n'a pas la langue dans sa culotte ?

            Mardi 26 décembre — Rencontré, rue de Passy, la grosse Mme Orphise, gynécologue, qui m'entretient sur-le-champ des difficultés que rencontre son jeune fils en 4e au lycée Papi. Elle se plaint de la dame professeur d'américain du chérubin. Je lui réponds qu'il en est des professeurs comme des médecins : « tous ne guérissent pas, Madame ! ».

            Elle voit beaucoup de nouveaux-nés (parbleu !) mais les « bonnes femmes viennent surtout me raconter leurs affaires de cœur » (ô raison !) « et c'est vraiment du Mini-Grégoire », conclue-t-elle.

 
E-book


ADG-Paris © 2005-2019  -  Sitemap