ADG-Paris
 

Les Merlufleaux

 
Les Merlufleaux Content : Sa très catholique Majesté Henry VIII, ou l’art d’apprivoiser les mégères
Shakespeare William (1564-1616)
Guillaume Le Conquérant ou "Nous ne nous rendrons jamais !"
Lewis Carroll (1833-1893)
Mallarmé Stephane (1842-1898)
Et le catéchisme Poissard …, La Fille de Madame Angot, Chronique religieuse…
Comment ça va, Nononcle, ou par quel miracle "le cheval de Rabelais fut passé Docteur à Orange sous le nom de Johannes Cavallus"
"Les rieurs du Beau - Richard, Conte d’une chose arrivée à Château - Thierry - 1665"
C’est la vie de bohème ou l’art d’expliquer le "Conte d’hiver" de Shakespeare (1564-1616)
Observatoire de Meudon, février 1748, Depuis combien de temps êtes-vous de la secte astronomique ?
Voltaire épistolier Concours d’entrée à l’ENA : Première Nuit
A Stéphane Mallarmé, qui fut professeur au Lycée Papa, au Lycée Papi… Concours Général (Centenaire du Lycée Papi, 1984)
1987 - 1er Octobre - Chronique : Le lycée Fébus fête ses 100 ans
Inspecteurs Généraux / Mirotons Navets
Le Vicomte Chosibus part pour la NOVEMPOPULANIE
Mademoiselle Arsinoé
Cosi fan Tutte ou Maria Aparatchika en Bohème
Wagner, Mallarmé et la Quête du Graal
Donizetti, Walter Scott, Clément Marot et quelques autres...
Bilans de l’année d’exercice
Le Lycée Méliès – Le Voyage au Congo et le retour du Tchad d’André Gide - Dickens
Le Nuage (The Cloud) de Shelley
Jean Cocteau, Maurice Chevalier prennent des leçons d’anglais
Le Perruquier Littéraire
Conseils d'en-Haut pour l'explication de textes (classes de 4e ou de 3e) : “The Daffodils” (Les Narcisses des Prés), de Wordsworth, qui vécut à Grasmere (Dove Cottage) de 1799 à 1808.
Plaisirs d'amour
Etudes anglaises
Conseils aux candidats préparant le grand Concours de Pidgin-English
Ballades Lyriques de Wordworth et de Coleridge – Mark Twain
Après le Misanthrope, Tartuffe ?
Fraudes au bac
Les Proviseurs ou Brutus condamne à mort son fils Titus
Charybde et Scylla
Ma tournée africaine, par Cothurnus
Madame Pandolphe
Au petit lycée Lafayette, 1942 — Le Gaumont Palace
Monpidou et Cheucheu
Madame Ladouce
L'ENA ou l'Ecole à Deux Braies
La réforme de l'orthographe ou LNAUDBB
Mimétisme ?
Petit chalet à vendre - Conseil de classe
Visites organisées par la PIPO de Papi
Monsieur de Carbon, Président au Parlement de Toulouse
De Gaulle au Musée
Pierrot le Pressard
Monsieur Ausone, le latiniste
Gros René et Ragotin
Sganarelle
Juliette et Robert Le Fenil
Grimoire, clerc de notaire
La Cause du Bas Peuple
Madame Le Fenil au sujet de l’émission Librairie de poche
Le Surgé du quartier des Ecoles
Le brav’ colonel Townsend
Ragotin
La locomotive Marie-Louise
M. de Sottenville, proviseur
Immeuble de Stéphane Mallarmé
Le Général
Rapport sur le Concours commun d'admission de 1970 — Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Ecoles Nationales Supérieures de l'Aéronautique, de Techniques Avancées, des Télécommunications, des Mines de Paris, des Mines de Saint-Etienne, de la Métallurgie et de l'Industrie , des Mines de Nancy
Le Trêma
L’élève Grisou
La pensée du Président Mao me soutient…
Grève pour la laïcité
La Bataille d’Angleterre
A Papi, retour de “l'inversion”
Le Protale
Chapitre des graffitis. Salle 79
Voyage de Noces
Mme de Hérisson
Paul Marie Verlaine
The Apples of Wrath - Les Pommes de la Colère
Histoire de bêtes
Les Poilus
Paulina dans le Conte d'Hiver
L'Association des Parents d'Elèves du lycée Papi
Monsieur Jourdain pastiche Mallarmé
Epidémie de graffitis dans le secteur nord selon l'Intendance
Ragotin
Petitbreton
Que le gascon y aille, si le français n'y peut aller !
Gaule-Soir
Le premier Lycée de France, pépinière d’hommes politiques
Hommage à Stéphane Mallarmé Concours Général (Centenaire du lycée Papi, 1984)
L'Ethiopienne basanée
A propos du Cardinal de Richelieu
Duck le Géographe
La dictée de Marc-Antoine de Papillon
Une fusée “Scud” échappe aux missiles “Patriots”...
Allez France ! ou le Tournoi des Cinq Nations
Le professeur Ellipson
Dans le Journal de Matthieu Galey
Prix Edredon Polyspires
“English stutter” (bégaiement oxonien)
You, English gentlemen, had better surrender !
Maison de Jean de la Fontaine à Château-Thierry
Accordons donc nos joyeux violons
Les vraies pensées sortent de la panse
Edward Morgan Forster
L'enseignement a besoin d'un sérieux coup de balai du secondaire au supérieur
Townsend Peter, Esq., Général d'Aviation
Cucco di mamma
Roméo et Juliette 95 ou les nouveaux théâtreux
A qui ne va qu'au Sur-G et pas encore jusqu'au Z
République des Lettres ou derniers Salons où l'on cause
Dany le Rouge, Président des Verts
English
French
German


Le Surgé du quartier des Ecoles

 

            Samedi 14 mars — Je m'arrête chez le Surgé du quartier des Ecoles, qui compte et recompte les absents, tel un Kapo de Stalag, entre deux coups de téléphone et un long regard coulé à l'endroit de ses surveillants d'externat de la Planque du Rectorat. Il fulmine contre les établissements privés et en particulier contre la Paulette de Marly-le-Roi qui a mis au point une tactique pour faire intégrer ses trois et cinq demis à l'X, sans les appeler sept-demis. Leurs candidats font une première Maths-Elém. sans se présenter au baccalauréat. Puis dans le courant de la deuxième année de Maths-Elém., ils traitent une partie du programme de Maths-Sup. Ah ! ces Jésuites ! Remarquez que la gauche extrême ne vaut guère mieux : « ainsi, à Truquignac, en Lozère, si vous aviez vu les exécutions sommaires à la Libération.

            Et si les gauchistes l'emportaient, l'autre Surgé serait peut-être très heureux de ... et de ..., un point c'est tout. » Quant aux profs des Prépas, ils n'en foutent pas lourd avec leurs neuf ou dix heures par semaine ... quand ils les assurent ! Ce qui ne les empêche pas de palper 80.000 francs par mois. M. Dubœuf, par exemple, le latiniste, dont la lampe vacillante jette encore quelque clarté car l'amour a laissé du feu dans son vieux sang, ne parle pas quand il fait froid sur ordre de son médecin. Il arrive toujours 15 ou 20 minutes après le gong mais si — par quelque lubie du destin — il débarque avec 8 minutes de retard et que manquent à l'appel deux ou trois godelureaux ou godelurettes, il court gémir auprès du Surgé pour que celui-ci les punisse très, très sévèrement. Pythagore, lui, enseigne les mathématiques : y a rien à dire, il bosse.

            Quant à Gueule d'Amour, qui enseigne les lettres et qui circule dans les corridors galurin-melon sur nuque bouffante, c'est bien encore aut' chose. La dame Lauretta, secrétaire du Père Censeur, demandait un jour à un élève si Monsieur G. d'A. était là, bien là, aujourd'hui ; oui, elle est là, répondit le potache interpellé. « Mais où allons-nous ? Où allons-nous ? », s'effondre Monsieur le Surgé.

            Mercredi 18 mars — Le fils du Ministre de l'Agriculture, que je rencontre à la sortie d'un conseil de classe, me glisse à l'oreille qu'il mettrait volontiers « une bombe dans ce lycée ». Mais à qui se fier, grands dieux ?

            Histoire du jour (toujours Villebroquin) : « Fais-moi mal », dit, en anglais, le masochiste au sadique. « Non ! », répond le sadique (en espagnol ?).

            Vendredi 10 avril — 13 h 15, rue de l'Etanchoir. Au volant d'un coupé Fiat 124, l'actrice italienne Gina Lollobrigida, deux fois délaissée malgré son cœur brûlant. Elle est fille de charpentier (jolie charpente !).

            Samedi 11 avril, 12 h — Une visite-surprise de Mlle Manon Lapoudre, ravissant ingénieur diplômé de l'Ecole des Mines. « C'est un plaisir de faire sauter l'ingénieur avec son propre pétard », soupire l'artilleur Villebroquin.

            Samedi 11 avril, 14 h — Un certain Pigazzi, que j'ai “recommandé” pour Harvard, Columbia et autres consorts, rapporte ses impressions d'Amérique où il a passé les congés de Pâques. Le chauffeur de taxi, Italien, qu'il a loué à l'aéroport, lui confie qu'il suffit de rapporter 20 dollars chaque soir pour que le patron soit content. Il était steward à Alitalia ; il travaille maintenant une partie de l'année à New-York puis rentre à Naples pour jouer les caïds. Alors qu'à Washington, les Noires ont peur de sortir seules dans l'obscurité, à cause des ... Noirs.

            Le train New-York City/Newhaven ressemble à un tortillard de campagne dans lequel les gens sont assis en tailleur à même le sol : du Daumier. Le garçon de l'ascenseur asthmatique, à l'hôtel, n'arrive pas à ouvrir et à fermer les portes de son appareil élévateur : les clients s'y mettent avec obligeance.

            Mardi 14 avril — Hier soir, une Dame, mère d'élève, me demande au téléphone si, au cours d'un déjeuner-débat, j'accepterais de présenter le brav' colonel Townsend (ex Margaretophile) à des élèves du lycée Papi. Je réserve ma réponse.

 
E-book


ADG-Paris © 2005-2019  -  Sitemap