ADG-Paris
 

Les Merlufleaux

 
Les Merlufleaux Content : Sa très catholique Majesté Henry VIII, ou l’art d’apprivoiser les mégères
Shakespeare William (1564-1616)
Guillaume Le Conquérant ou "Nous ne nous rendrons jamais !"
Lewis Carroll (1833-1893)
Mallarmé Stephane (1842-1898)
Et le catéchisme Poissard …, La Fille de Madame Angot, Chronique religieuse…
Comment ça va, Nononcle, ou par quel miracle "le cheval de Rabelais fut passé Docteur à Orange sous le nom de Johannes Cavallus"
"Les rieurs du Beau - Richard, Conte d’une chose arrivée à Château - Thierry - 1665"
C’est la vie de bohème ou l’art d’expliquer le "Conte d’hiver" de Shakespeare (1564-1616)
Observatoire de Meudon, février 1748, Depuis combien de temps êtes-vous de la secte astronomique ?
Voltaire épistolier Concours d’entrée à l’ENA : Première Nuit
A Stéphane Mallarmé, qui fut professeur au Lycée Papa, au Lycée Papi… Concours Général (Centenaire du Lycée Papi, 1984)
1987 - 1er Octobre - Chronique : Le lycée Fébus fête ses 100 ans
Inspecteurs Généraux / Mirotons Navets
Le Vicomte Chosibus part pour la NOVEMPOPULANIE
Mademoiselle Arsinoé
Cosi fan Tutte ou Maria Aparatchika en Bohème
Wagner, Mallarmé et la Quête du Graal
Donizetti, Walter Scott, Clément Marot et quelques autres...
Bilans de l’année d’exercice
Le Lycée Méliès – Le Voyage au Congo et le retour du Tchad d’André Gide - Dickens
Le Nuage (The Cloud) de Shelley
Jean Cocteau, Maurice Chevalier prennent des leçons d’anglais
Le Perruquier Littéraire
Conseils d'en-Haut pour l'explication de textes (classes de 4e ou de 3e) : “The Daffodils” (Les Narcisses des Prés), de Wordsworth, qui vécut à Grasmere (Dove Cottage) de 1799 à 1808.
Plaisirs d'amour
Etudes anglaises
Conseils aux candidats préparant le grand Concours de Pidgin-English
Ballades Lyriques de Wordworth et de Coleridge – Mark Twain
Après le Misanthrope, Tartuffe ?
Fraudes au bac
Les Proviseurs ou Brutus condamne à mort son fils Titus
Charybde et Scylla
Ma tournée africaine, par Cothurnus
Madame Pandolphe
Au petit lycée Lafayette, 1942 — Le Gaumont Palace
Monpidou et Cheucheu
Madame Ladouce
L'ENA ou l'Ecole à Deux Braies
La réforme de l'orthographe ou LNAUDBB
Mimétisme ?
Petit chalet à vendre - Conseil de classe
Visites organisées par la PIPO de Papi
Monsieur de Carbon, Président au Parlement de Toulouse
De Gaulle au Musée
Pierrot le Pressard
Monsieur Ausone, le latiniste
Gros René et Ragotin
Sganarelle
Juliette et Robert Le Fenil
Grimoire, clerc de notaire
La Cause du Bas Peuple
Madame Le Fenil au sujet de l’émission Librairie de poche
Le Surgé du quartier des Ecoles
Le brav’ colonel Townsend
Ragotin
La locomotive Marie-Louise
M. de Sottenville, proviseur
Immeuble de Stéphane Mallarmé
Le Général
Rapport sur le Concours commun d'admission de 1970 — Ecole Nationale des Ponts et Chaussées, Ecoles Nationales Supérieures de l'Aéronautique, de Techniques Avancées, des Télécommunications, des Mines de Paris, des Mines de Saint-Etienne, de la Métallurgie et de l'Industrie , des Mines de Nancy
Le Trêma
L’élève Grisou
La pensée du Président Mao me soutient…
Grève pour la laïcité
La Bataille d’Angleterre
A Papi, retour de “l'inversion”
Le Protale
Chapitre des graffitis. Salle 79
Voyage de Noces
Mme de Hérisson
Paul Marie Verlaine
The Apples of Wrath - Les Pommes de la Colère
Histoire de bêtes
Les Poilus
Paulina dans le Conte d'Hiver
L'Association des Parents d'Elèves du lycée Papi
Monsieur Jourdain pastiche Mallarmé
Epidémie de graffitis dans le secteur nord selon l'Intendance
Ragotin
Petitbreton
Que le gascon y aille, si le français n'y peut aller !
Gaule-Soir
Le premier Lycée de France, pépinière d’hommes politiques
Hommage à Stéphane Mallarmé Concours Général (Centenaire du lycée Papi, 1984)
L'Ethiopienne basanée
A propos du Cardinal de Richelieu
Duck le Géographe
La dictée de Marc-Antoine de Papillon
Une fusée “Scud” échappe aux missiles “Patriots”...
Allez France ! ou le Tournoi des Cinq Nations
Le professeur Ellipson
Dans le Journal de Matthieu Galey
Prix Edredon Polyspires
“English stutter” (bégaiement oxonien)
You, English gentlemen, had better surrender !
Maison de Jean de la Fontaine à Château-Thierry
Accordons donc nos joyeux violons
Les vraies pensées sortent de la panse
Edward Morgan Forster
L'enseignement a besoin d'un sérieux coup de balai du secondaire au supérieur
Townsend Peter, Esq., Général d'Aviation
Cucco di mamma
Roméo et Juliette 95 ou les nouveaux théâtreux
A qui ne va qu'au Sur-G et pas encore jusqu'au Z
République des Lettres ou derniers Salons où l'on cause
Dany le Rouge, Président des Verts
English
French
German


Conseils aux candidats préparant le grand Concours de Pidgin-English

 

1965

            M. le Président du grand Concours de Pidgin-English, cette année, est un certain Mylord de Nulle Part. Il est affligé d'une épouse aborigène célèbre par ses chapeaux et qui aurait rédigé, en Tasmanian-English, la thèse de son conjoint, rareté universitaire s'il en est. Mylord de Nulle Part tremble de toute sa carcasse dans son éjaculation oratoire à l'étrange staccato doublé d'un accent plus proche du bas-languedocien que du javanais des mers australes. Mylord se targue pourtant d'avoir appris par cœur le fameux dictionnaire de phonétique de Pidgin-English de M. le Professeur Tarawa, alors qu'il se trouvait retiré dans les maquis lorsque le tout-un-chacun étudiait le teuton en première langue ; l'accompagnait également un ouvrage de vocabulaire auquel il consacrait ses jours et ses nuits. Mylord, la paix revenue, se retrouva en poste à la Faculté de Tournesol. Là, le petit homme en complet gris souris faisait régner la terreur : il montait en chaire pour abreuver les jeunes bourgeois de ses sermons tremblotants ou leur réciter une tirade éthérée sur « l'imagination et le réalisme » dans telle comédie d'un génie Maorien plus ou moins reconnu. Car Mylord avait fondé un Club de Maori qu'il était bon de fréquenter. Les étudiantes de 2e année y biberonnaient les étudiants de 1re année. Sur la porte du Club, un écriteau annonçait : “les Lauracées”. Mylord exigeait de tout candidat à un diplôme de Pidgin-English qu'il séjournât au moins un an en mers australes, sinon tintin, diplôme point. Les week-ends étaient occasion de belles réjouissances : sac au dos, l'on partait vers quelque abbaye ou quelque montagnette (papa prêtait son camion, maman la vaisselle, un cousin fournissait le petit vin blanc) ; ou, plus simplement, selon le vieux conseil voltairien, on allait bêcher le jardin du Maître, hortus sis dans quelque département déshérité, un de ces paradis perdus où la création ne s'est pas attardée et là, on conciliabulait sur des projets de cadeaux pour Mylord qui, à réception, en aurait les yeux noyés de reconnaissance.

            La grandeur est évidemment mère de petitesse : Mylord avait des ennemis, y compris dans la gent estudiantine qui, lors de la fête de la Basoche, alla jusqu'à traverser, en chantant, la classe où le Maître pérorait. Les vandales lancèrent au ciel (la joie sans doute !) les polycopiés qui faisaient la gloire de ce Polynésien d'hyménée. Immense fut sa colère ; on en appela à son humanité universellement appréciée, les demoiselles se jetèrent à ses genoux, on fit tenir des guirlandes de fleurs à sa pacifique épouse. Rien n'y fit. Mylord ne se laissa fléchir qu'aux termes d'une longue bouderie. Il accepta de donner de nouveaux rendez-vous dans les couloirs ou dans les coudes du grand escalier, une énorme lessiveuse sous le bras et la formule toujours aux dents : « si vous n'assistez pas à tous mes cours, vous n'avez aucune chance d'être reçu ! », lançait-il, goguenard, à quelque instituteur en détresse. Et Mylord tenait parole. A l'époque des doctorats “honoris causa”, Mylord de Nulle Part se signala par un choix qui ne pouvait qu'honorer la cité de Tournesol, celui d'un immense écrivaillon Maori qui disait en 350 pages ce que le bulletin météo de l'aéroport local annonçait en une demi-ligne : « aujourd'hui il fait beau ». Ce fut une bien jolie cérémonie avec le ban et l'arrière-ban de la bourgeoisie locale qui se retrouva à la Une du quotidien régional ...

            Mais ce qui devait permettre à Mylord d'entrer dans l'histoire de la pensée, ce fut son fameux rapport concernant le Concours de Pidgin-English dont l'immortelle prose commençait ainsi : « l'épreuve écrite reine était évidemment l'épreuve de dissertation, commune à tous les candidats. Le sujet n'avait rien qui pût surprendre quiconque. Nous en rappelons l'énoncé : Bilo-Bilu, romancier de la poésie ou poète du roman ?

            Deux ouvrages récents, parus la même année, outre-Pacifique, lui sont partiellement consacrés (La Prosodie du Roman, Yokohito Press et Le Roman prosaïque, Yokohita Press de Tirubu Turubu). Mais sans aller jusqu'à chercher ultimes références outre-Pacifique, quel(le) candidat(e) était en droit d'ignorer les magnifiques travaux de notre collègue le Prof. Smith-Jones sur ce sujet de brûlante actualité : Bilo-Bilu, Lobby à Bulles. Le roman, dans les copies que nous avons déchiffrées, est trop souvent assimilé à la poésie et la poésie au roman. Il s'agit là d'un tour de passe-passe auquel un examinateur digne de ce nom ne saurait se laisser prendre ... ». Mylord triomphait.

            « Quant aux épreuves orales, aussi longtemps que les candidats persisteront à ne pas vouloir apprendre les gammes de la prononciation et à chanter faux, tout succès leur sera évidemment interdit car la dodécacophonie n'a qu'un temps. Nous avons ainsi constaté que la voix est souvent mal posée, l'élocution défectueuse, l'articulation inexistante : nasillement, chuintement, zézaiement, bégaiement, rendent l'audition désagréable et, en fin de compte, irritante. On a vu, il n'y a pas si longtemps de cela, d'éminents Membres du Jury s'endormir et même ronfler au cours d'un exposé. La première place, en revanche, a été conquise haut le pied par une candidate d'origine aborigène qui a témoigné d'une remarquable et naturelle maîtrise de son authenticité tant dans la gutturalité de ses voyelles que dans le choix des couleurs de son pagne ».

            Mylord, vainqueur, s'installa sur son trône avant de s'abandonner aux zéphyrs d'un chasse-mouches.

 
E-book


ADG-Paris © 2005-2019  -  Sitemap