ADG-Paris
 

La leçon de Musique

 
La leçon de Musique Content : La Leçon de Musique, scène du Barbier de Séville (Rossini)
Victor Hugo aimait-il la musique ?
Franz-Peter Schubert (1797-1828), musicien de Vienne
Franz Peter Schubert, Bicentenaire (1797-1997)
Robert Schumann (1810-1856), musicien de Zwickau
Richard Wagner, musicien de Meudon (1813-1883) & Stéphane Mallarmé
La Canso de Gasto Febus à Frédéric Mistral, Koiné lyrique ou voix d’un peuple
Gabriel Fauré (1845-1924) Musicien d'Ariège
Gabriel Fauré, musicien de Verlaine
Le dernier Concert de la Salle Gabriel Fauré
Rachmaninov, musicien d’Ivanovka
Tony Poncet, Ténor (1918-1979)
La Violetta du Siècle
Le chant du cygne (Schubert)
An die Musik (CD1, CD2)
Hommage à Yves Nat (1890 -1956)
Tourgueniev - Gounod - Mireille
English
French
German


La Leçon de Musique, scène du Barbier de Séville (Rossini)

 

            Dans la scène dite de la “leçon de musique” (Le Barbier de Séville), on lit : “Rosine, en la circonstance, chante un air de son choix.” En conséquence, courtoisie de Rossini aidant, Madame Garcia-Viardot (la Sapho d’un Charles Gounod dont l’écriture ployait encore sous le charme du registre grave de Pauline) contralturera une espagnolade, Adelina Patti roucoulera le Boléro des Vêpres Siciliennes (G. Verdi), Madame Sembrich, de son piano-forte, mettra fin au Rêve de la Jeune Fille de Chopin, tandis que Nellie Melba titubera sur le fil de l’Air de la Folie dans Lucia di Lammermoor(Donizetti) ; toutes ces interprètes s’accompagnant plus ou moins elles-mêmes, telle Galli-Curci stridulant les cocottes de l’Air de la Vengeance dans la Flûte Enchantée (Mozart) comme la belle-sœur de Wolfgang-Amadeus en personne.

            Ces prouesses venant, bien sûr, en heureux couronnement de cette “leçon de musique” dont la conclusion voit chaque Rosine-Cendrillon se dépouiller des guenilles vocales d’une débutante-grièche pour mieux revêtir les somptuosités de robe de la plus confirmée des prima-donna.

            Au rang de ce défilé de collection, Monsegur Vaillant, l’une des bellissimes Rosines s’il en est, ignorant tout des Précieuses de Salon, habitant la musique de l’intérieur pour la restituer “come è scritto” en s’accompagnant elle-même et de cette voix “naturelle” (de celles prisées par le compositeur Verdi) loin des “veloutés” académiques à la mode du Chef (ô Rossini) sinon à la mode de ces dindonnantes Ecoles de chant qui font les beaux jours des “grandes boutiques de glouglous” contemporaines, Monsegur Vaillant donc, simplement parée de ces six rôles d’Opéra, extrêmes de l’art musical, unit ici “dans une éternelle étreinte, le couplet et le son, le lierre et la vigne, le breuvage et la coupe” tout à fait à la hauteur du fabuleux défi lancé un jour par Claude d’Esplas.

Claude d‘Esplas (La Leçon de Musique )
All rights reserved

 
E-book


ADG-Paris © 2005-2019  -  Sitemap